Sciatique


Sciatique : Causes, symptômes et diagnostic

Le nerf sciatique commence à la moelle épinière, passe par les hanches et les fesses, puis se ramifie le long de chaque jambe. Ce nerf est le plus long et l’un des plus importants de votre corps. Il a un effet direct sur votre capacité à contrôler et à sentir vos jambes. Quand ce nerf est irrité, vous aurez une sciatique.

La sciatique est une sensation qui peut se manifester par une douleur modérée à forte dans le dos, les fesses et les jambes. Vous pouvez également ressentir de la faiblesse ou de l’engourdissement dans ces zones. La sciatique est un symptôme causé par une lésion sous-jacente du nerf sciatique ou d’une région qui touche le nerf, comme les vertèbres, qui sont les os du cou et du dos.

La sciatique est plus susceptible de survenir chez les personnes âgées de 30 à 50 ans.

1. Symptômes de la sciatique

La sciatique est un type de symptôme très distinct. Si vous ressentez de la douleur qui coule du bas du dos à travers la région des fesses et dans les membres inférieurs, c’est typiquement une sciatique.

La sciatique est le résultat d’une lésion ou d’une lésion du nerf sciatique, de sorte que d’autres symptômes de lésion nerveuse sont habituellement présents avec la douleur. D’autres symptômes peuvent inclure les suivants :

  • Il se peut que votre douleur s’aggrave avec le mouvement.
  • Il se peut que vous ayez des engourdissements ou des faiblesses dans les jambes ou les pieds, ce qui se ressent généralement le long de votre voie nerveuse sciatique. Dans les cas graves, vous pouvez éprouver une perte de sensibilité ou de mouvement.
  • Vous pouvez ressentir la sensation de fourmillements, qui se traduit par des picotements douloureux dans les orteils ou les pieds.
  • Vous pourriez souffrir d’incontinence, c’est-à-dire l’incapacité de contrôler votre vessie ou vos intestins. Il s’agit d’un symptôme rare du syndrome de la cauda équine, qui est décrit ci-dessous, et qui nécessite une attention d’urgence immédiate.

2. Quelles sont les causes de la sciatique ?

La sciatique peut être causées par un certain nombre d’affections qui touchent votre colonne vertébrale et peuvent affecter les nerfs qui courent le long de votre dos. Elle peut également être causée par une blessure, par exemple par une chute, ou par des tumeurs du nerf rachidien ou sciatique.

Les affections courantes qui peuvent causer la sciatique sont décrites ci-dessous.

1. Hernie discale

Vos vertèbres, ou os spinaux, sont séparés par des morceaux de cartilage. Le cartilage est rempli d’un matériau épais et transparent pour assurer la souplesse et l’amortissement lorsque vous vous déplacez. Les hernies discales surviennent lorsque la première couche du cartilage se déchire. La substance à l’intérieur peut comprimer le nerf sciatique, ce qui entraîne une douleur et un engourdissement des membres inférieurs. On estime qu’une personne sur 50 aura une hernie discale au cours de sa vie, selon l’American Academy of Orthopaedic Surgeons.

2. Sténose rachidienne

La sténose rachidienne est aussi appelée sténose lombaire. Elle se caractérise par un rétrécissement anormal du canal rachidien inférieur. Ce rétrécissement exerce une pression sur votre moelle épinière et vos racines nerveuses sciatiques.

3. Spondylolisthèse

La spondylolisthèse est l’une des conditions associées aux troubles dégénératifs du disque. Lorsqu’un os spinal, ou vertèbre, s’étend vers l’avant sur un autre, l’os spinal étendu peut pincer votre nerf sciatique.

4. Syndrome de Piriformis

Le syndrome de Piriformis est une maladie neuromusculaire rare, dans laquelle votre muscle piriformis se contracte ou se resserre involontairement, provoquant une sciatique. Votre muscle piriforme est le muscle qui relie la partie inférieure de votre colonne vertébrale à vos cuisses. Lorsqu’il se resserre, il peut exercer une pression sur le nerf sciatique, ce qui entraîne la sciatique. Le syndrome de Piriformis peut s’aggraver si vous restez assis pendant de longues périodes, si vous tombez ou si vous avez un accident de voiture.

3. Facteurs de risque pour le développement de la sciatique

Certains comportements ou facteurs peuvent augmenter votre risque de développer une sciatique. Les facteurs les plus fréquents dans le développement de la sciatique sont les suivants

  • Au fur et à mesure que votre corps vieillit, il devient plus probable que les pièces s’usent ou se brisent.
  • Certaines carrières exercent une forte pression sur votre dos, en particulier celles qui impliquent de soulever des objets lourds, de rester assis pendant de longues périodes ou de faire des mouvements de torsion.
  • Le diabète peut augmenter le risque de lésions nerveuses.
  • Le tabagisme peut causer la décomposition de la couche externe de vos disques intervertébraux.

4. Quand consulter un médecin ?

Consulter immédiatement un médecin si vous présentez les symptômes suivants :

  • Votre douleur survient après une blessure ou un accident grave.
  • Vous avez une douleur soudaine et atroce dans le bas du dos ou dans la jambe qui s’accompagne d’un engourdissement ou d’une faiblesse musculaire dans cette même jambe.
  • Vous êtes incapable de contrôler votre vessie ou vos intestins, qui sont les symptômes du syndrome de la cauda équine.

1. Syndrome de Cauda Equina

Dans de rares cas, une hernie discale peut exercer une pression sur les nerfs qui vous font perdre le contrôle de votre intestin ou de votre vessie. Cette condition est connue sous le nom de syndrome de cauda equina. Il peut également causer un engourdissement ou des picotements dans la région de l’aine, une diminution des sensations sexuelles et une paralysie s’il n’est pas traité.

Ce trouble se développe souvent lentement. Il est important d’aller immédiatement chez votre médecin ou à l’urgence si les symptômes apparaissent.

Les symptômes de ce trouble peuvent inclure :

  • l’incapacité de contrôler votre vessie ou vos intestins, ce qui peut entraîner l’incontinence ou la rétention des déchets
  • douleur dans une ou les deux jambes
  • engourdissement d’une ou des deux jambes
  • faiblesse dans l’une ou l’autre de vos jambes, ce qui rend difficile de se lever après s’être assis
  • trébuchant quand vous essayez de vous lever
  • une progression perceptible ou une perte soudaine et sévère de sensation dans le bas du corps, ce qui comprend la zone entre les jambes, les fesses, l’intérieur des cuisses, les talons et le pied entier

5. Diagnostic de la sciatique

La sciatique est un symptôme qui varie d’une personne à l’autre et qui dépend de la condition qui en est la cause. Pour diagnostiquer la sciatique, votre médecin voudra d’abord obtenir vos antécédents médicaux complets. Il s’agit notamment de savoir si vous avez eu des blessures récentes, où vous ressentez la douleur et comment elle se manifeste. Ils voudront savoir ce qui l’améliore et ce qui l’aggrave, comment et quand il a commencé.

La prochaine étape est un examen physique qui comprendra l’évaluation de votre force musculaire et de vos réflexes. Votre médecin pourrait aussi vous demander de faire des exercices d’étirement et de mouvement pour déterminer quelles activités causent le plus de douleur.

La prochaine série de diagnostics s’adresse aux personnes qui souffrent de sciatique depuis plus d’un mois ou qui ont une maladie grave, comme le cancer. Les tests neurologiques permettront à votre médecin d’examiner comment les impulsions nerveuses sont conduites par votre nerf sciatique et d’apprendre s’il y a des anomalies. Les tests d’imagerie permettront à votre médecin d’examiner votre colonne vertébrale, ce qui l’aidera à déterminer la cause de votre sciatique.

Les examens d’imagerie les plus couramment utilisés pour diagnostiquer la sciatique et en trouver la cause sont les radiographies de la colonne vertébrale, l’IRM et les tomodensitogrammes. Les rayons X normaux ne seront pas en mesure de fournir une vue d’ensemble des lésions du nerf sciatique. Une IRM utilise des aimants et des ondes radio pour créer des images détaillées de votre dos. Une tomodensitométrie utilise la radiation pour créer des images détaillées de votre corps. Votre médecin effectuera probablement un myélogramme de tomodensitométrie dans lequel il injectera un colorant spécial dans votre colonne vertébrale pour aider à produire des images plus claires de votre moelle épinière et de vos nerfs.

6. Options de traitement de la sciatique

Dès le premier diagnostic de sciatique, votre médecin vous donnera probablement des conseils pour traiter votre douleur sciatique. Vous devriez continuer vos activités quotidiennes autant que possible. Le fait de rester allongé au lit ou d’éviter de faire de l’activité physique peut aggraver votre état.

Certains des traitements à domicile couramment suggérés sont décrits ci-dessous.

1. Froid

Vous pouvez acheter des sachets de glace ou même utiliser un paquet de légumes congelés. Enveloppez le sac de glace ou les légumes surgelés dans une serviette et appliquez-le sur la zone affectée pendant 20 minutes par jour, plusieurs fois par jour, pendant les premiers jours de douleur. Cela aidera à réduire l’enflure et à soulager la douleur.

2. Chaud

Vous pouvez également ou un coussin chauffant. Il est recommandé d’utiliser de la glace pendant les deux premiers jours pour réduire l’enflure. Après deux ou trois jours, passez au chauffage. Si vous continuez à ressentir de la douleur, essayez d’alterner entre la thérapie par la chaleur et la glace.

3. Étirements

Il peut aussi être utile d’étirer doucement le bas du dos. Pour apprendre à bien vous étirer, suivez une physiothérapie personnelle ou même un cours de yoga auprès d’un physiothérapeute ou d’un instructeur formé pour traiter votre blessure.

4. Médicaments en vente libre

Les médicaments en vente libre, comme l’aspirine et l’ibuprofène, peuvent également soulager la douleur, l’inflammation et l’enflure. Faites attention à ne pas utiliser l’aspirine de façon excessive, car elle peut causer des complications, comme des saignements d’estomac et des ulcères.

5. Exercice régulier

Plus vous restez actif, plus votre corps libère d’endorphines. Les endorphines sont des analgésiques fabriqués par votre corps. Au début, s’en tenir à des activités à faible impact, comme la natation et la bicyclette stationnaire. Au fur et à mesure que votre douleur diminue et que votre endurance s’améliore, créez un programme d’exercices qui comprend l’aérobie, la stabilité de base et l’entraînement musculaire. Un traitement avec ces composants peut diminuer votre risque de problèmes de dos.

6. Mesures prescrites par le médecin

Si les traitements à domicile ne parviennent pas à traiter efficacement votre douleur, votre médecin pourrait vous suggérer de prendre d’autres mesures.

1) Thérapie physique

Les exercices de physiothérapie peuvent vous aider à améliorer votre posture et à renforcer vos muscles dorsaux.

2) Médicaments sur ordonnance

Votre médecin pourrait vous prescrire des relaxants musculaires, des analgésiques narcotiques ou des antidépresseurs. Les antidépresseurs peuvent augmenter la production d’endorphine de votre corps.

3) Médicament stéroïdien épidural

Les corticostéroïdes sont injectés dans une zone appelée espace épidural, qui est le canal qui entoure votre moelle épinière. En raison des effets secondaires, ces injections sont données sur une base limitée.

4) Chirurgie

Une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire en cas de douleur intense ou de situations dans lesquelles vous avez perdu contrôler vos fuites intestinales et vésicales ou avoir développé des faiblesses dans certains groupes musculaires de l’extrémité inférieure. Les deux types de chirurgie les plus courants sont la discectomie, qui consiste à retirer une partie du disque qui appuie sur le nerf sciatique, et la microdiscectomie, qui consiste à retirer le disque par une petite incision pendant que votre médecin utilise un microscope.

7. Traitements alternatifs

La médecine alternative gagne en popularité. Il existe un certain nombre de remèdes alternatifs pour la sciatique. Il s’agit notamment de ce qui suit :

  • Un acupuncteur peut insérer des aiguilles stérilisées à des points clés pour affecter le flux d’énergie dans votre corps. Cette procédure est pratiquement indolore.
  • Un chiropraticien peut manipuler votre colonne vertébrale pour obtenir une mobilité maximale.
  • Un professionnel qualifié peut induire l’hypnose, qui a pour but de vous mettre dans un état d’esprit très détendu et concentré, vous permettant de recevoir au mieux des suggestions et des instructions saines. Dans le cas de douleurs sciatiques, les messages peuvent impliquer un soulagement de la douleur.
  • Un massothérapeute peut appliquer des mouvements, des pressions, des tensions ou des vibrations à votre corps pour soulager la pression et la douleur.

7. Comment prévenir la sciatique

Les étapes suivantes peuvent vous aider à prévenir la sciatique ou à l’empêcher de réapparaître :

  • Faites de l’exercice souvent. Le renforcement des muscles du dos et des muscles de l’estomac ou du tronc est la clé du maintien d’un dos en santé.
  • Attention à votre posture. Assurez-vous que vos chaises offrent un soutien approprié pour votre dos, placez vos pieds sur le sol en position assise et utilisez vos accoudoirs.
  • Faites attention à la façon dont vous bougez. Soulevez les objets lourds de la bonne façon, en vous pliant aux genoux et en gardant votre dos droit.
Notez cet article

You may also like...