Rigidité musculaire

Rigidité musculaire : Causes, symptômes et diagnostic


Qu’est-ce qui cause la rigidité musculaire ?

La rigidité musculaire est l’une des causes les plus fréquentes de douleurs musculaires. Elle se caractérise par l’incapacité des muscles à se détendre normalement. La maladie peut affecter n’importe lequel des muscles du corps, causant des douleurs aiguës qui le rendent difficile à bouger. La rigidité musculaire est aussi connue sous le nom de tension, rigidité ou raideur musculaire.

1. Qu’est-ce qui cause la rigidité musculaire ?

Il y a des muscles sur tout le corps. Lorsque vous devez déplacer une partie particulière de votre corps, votre cerveau envoie un signal nerveux aux muscles situés dans cette partie du corps. Les muscles se contractent ou se contractent. Les muscles peuvent se contracter un peu ou beaucoup, selon le type de signal que le cerveau envoie. Après la contraction, les muscles se détendent jusqu’à la prochaine fois que vous devez les utiliser.

La rigidité musculaire se produit lorsqu’un muscle ou un groupe de muscles reste contracté ou partiellement contracté pendant une période prolongée. Le cerveau continue d’envoyer des signaux nerveux indiquant au muscle de se contracter même lorsque le muscle n’est plus nécessaire au mouvement. Cela peut parfois durer plusieurs heures ou plusieurs jours. Plus votre muscle reste contracté longtemps, plus vous ressentirez de douleur.

La rigidité musculaire est souvent déclenchée par le stress. Le stress peut nuire au système nerveux de l’organisme, y compris à ses nerfs et à leur fonctionnement. Le système nerveux peut réagir au stress en exerçant une pression supplémentaire sur les vaisseaux sanguins, ce qui entraîne une diminution du flux sanguin vers les muscles. Cela peut provoquer des tensions et des douleurs musculaires.

La rigidité musculaire peut également être causée par certains médicaments, comme les statines. Certaines conditions médicales peuvent également contribuer à la rigidité musculaire. Il s’agit notamment de :

  • la sclérose latérale amyotrophique, qui est une maladie neurodégénérative progressive qui cause des problèmes nerveux et une perte de contrôle des muscles volontaires
  • effort chronique le syndrome des compartiments, qui est une affection musculaire et nerveuse provoquée par l’exercice et qui cause de la douleur et de l’enflure
  • le syndrome de fatigue chronique, qui est un état qui cause une fatigue extrême, des troubles du sommeil et des douleurs musculaires
  • la claudication, qui est un état dans lequel les crampes se produisent en raison d’un manque de flux sanguin vers les muscles, généralement dans les jambes
  • la déshydratation, qui est une condition qui se développe à la suite d’un manque d’eau potable
  • douleur musculaire à retardement, qui se caractérise par une douleur et une raideur musculaires qui se développent des heures ou des jours après un exercice très intense.
  • la dystonie, qui est un état qui provoque des contractions musculaires aléatoires et involontaires
  • la fibromyalgie, qui est un trouble chronique pouvant causer des douleurs musculaires, des douleurs et de la rigidité
  • le lupus, qui est une maladie inflammatoire chronique qui peut causer de la douleur et de la raideur dans les articulations
  • la maladie de Lyme et la fièvre tachetée des Rocheuses, qui sont des maladies transmises par les tiques qui peuvent causer des lésions nerveuses
  • le syndrome de douleur myofasciale, qui est un trouble chronique dans lequel la pression sur les points sensibles des muscles provoque des douleurs
  • La maladie de Parkinson, qui est une maladie neurologique évolutive qui affecte le mouvement.
  • la polymyalgie rhumatismale, qui est une maladie inflammatoire chronique pouvant causer des douleurs et des raideurs musculaires, surtout dans les épaules
  • les microtraumatismes répétés, c’est-à-dire les lésions musculaires ou nerveuses résultant d’une surutilisation musculaire
  • la polyarthrite rhumatoïde, qui est un trouble inflammatoire chronique affectant les articulations, particulièrement celles des mains et des pieds
  • les infections bactériennes et virales
  • nerfs coincés

2. Quand devriez-vous appeler un médecin au sujet de la rigidité musculaire ?

Si vous savez que votre rigidité musculaire est le résultat d’une blessure mineure, d’un stress ou d’une surutilisation, alors vous pouvez habituellement la traiter efficacement à la maison. Cependant, si vous soupçonnez que votre est causée par une blessure ou une maladie grave, alors vous devriez appeler votre médecin.

Vous devriez également communiquer avec votre médecin si votre rigidité musculaire ne disparaît pas au bout d’une semaine ou si elle s’accompagne de l’un ou l’autre des symptômes suivants :

  • une piqûre de tique
  • une éruption cutanée inexplicable
  • muscles rouges et enflés
  • une augmentation de la posologie du médicament ou un changement de médicament

Vous devriez composer le 911 ou vous rendre à l’urgence immédiatement si vous éprouvez une rigidité musculaire accompagnée de l’un ou l’autre des symptômes suivants :

  • difficulté à respirer
  • vertige
  • faiblesse musculaire grave
  • une forte fièvre
  • raideur du cou

3. Comment diagnostique-t-on la rigidité musculaire ?

Pour diagnostiquer la rigidité musculaire, votre médecin prendra d’abord vos antécédents médicaux et effectuera un examen physique. Ils peuvent également effectuer des tests de laboratoire pour déceler les lésions musculaires et exclure toute condition sous-jacente qui pourrait causer une rigidité musculaire.

Ces tests peuvent comprendre :

  • des analyses sanguines, qui peuvent aider votre médecin à vérifier les lésions musculaires et la présence de certains troubles auto-immuns qui peuvent causer de la rigidité
  • IRM et tomodensitométrie, qui peuvent révéler toute anomalie osseuse pouvant causer un pincement des nerfs.
  • un électromyogramme, qui peut aider votre médecin à évaluer le bon fonctionnement des muscles et des nerfs
  • une échographie, qui peut aider votre médecin à trouver les larmes et l’inflammation dans les fibres musculaires

4. Comment traite-t-on la rigidité musculaire ?

Le but principal du traitement est d’encourager les muscles à se détendre. Le traitement spécifique utilisé pour la rigidité musculaire peut varier en fonction de la cause.

1. Remèdes à la maison

Les remèdes à la maison sont habituellement efficaces pour traiter la rigidité musculaire causée par des blessures mineures, le stress ou la surutilisation. Ils peuvent comprendre les éléments suivants :

  • Appliquez une compresse chaude ou un coussin chauffant sur le muscle affecté pour aider à détendre les muscles rigides.
  • Étirez doucement vos muscles raides pour aider à détends-toi.
  • Évitez les activités vigoureuses qui peuvent déclencher la rigidité du muscle.
  • Encouragez les muscles à se détendre en utilisant le massage, le yoga ou le tai chi.

2. Traitement médical

Vous aurez besoin d’un traitement médical pour toute blessure grave ou tout problème de santé sous-jacent qui pourrait causer la rigidité de vos muscles. Le traitement portera d’abord sur la condition ou la blessure, puis sur la rigidité musculaire. Selon la cause spécifique de votre rigidité musculaire, le traitement médical peut nécessiter une chirurgie, des médicaments et une physiothérapie. Vous pouvez discuter avec votre médecin des traitements qui vous conviennent le mieux.

You may also like...