Qu’est-ce qu’une démarche instable ?

La marche est typiquement un mouvement doux créé en mettant un pied devant l’autre. À moins que vous ne marchiez sur une surface inégale, votre démarche devrait être régulière et régulière. Cependant, votre rythme de marche n’est plus régulier si vous avez une démarche instable. Il peut se déplacer, être irrégulier ou se sentir autrement instable.

Une « démarche instable » a de nombreuses causes potentielles qui vont du temporaire au long terme. Une démarche instable peut augmenter votre risque de chutes et de blessures, il est donc important de consulter un médecin pour les causes plus graves de ce symptôme.

Les médecins peuvent aussi décrire une démarche instable comme une démarche « ataxique ». Cela signifie que la personne marche de façon anormale, non coordonnée ou instable.

Quels sont les symptômes de la démarche instable ?

Une démarche instable peut englober plusieurs symptômes différents. En voici quelques exemples :

  • étourdissements ou vertiges en marchant
  • traîner les pieds en marchant
  • l’instabilité ou le manque d’équilibre
  • instable

Les personnes qui ont une démarche instable de façon chronique ont souvent une posture large lorsqu’elles marchent. Ils peuvent marcher lentement et faire preuve de prudence lorsqu’ils marchent, et peuvent même trébucher.

Qu’est-ce qui cause une démarche instable ?

De nombreux troubles et facteurs contributifs provoquent une démarche instable. Selon la Cleveland Clinic, les causes d’une démarche instable sont souvent multiples. Il s’agit notamment de :

  • intoxication alcoolique
  • arythmie cardiaque
  • spondylose cervicale
  • insuffisance cardiaque congestive
  • coronaropathie
  • délire
  • démence
  • diabète sucré
  • affections du pied
  • goutte
  • handicap auditif
  • encéphalopathie hépatique
  • neuropathie associée au virus de l’immunodéficience humaine (VIH)
  • hyperthyroïdie
  • hypothyroïdie
  • sténose lombaire spinale
  • sclérose en plaques
  • faiblesse ou atrophie musculaire
  • hypotension orthostatique
  • arthrose
  • ostéoporose
  • Maladie de Parkinson
  • maladie artérielle périphérique (MAP)
  • neuropathie périphérique
  • troubles du sommeil
  • accident vasculaire cérébral
  • abus de substances
  • maladie thromboembolique
  • urémie
  • troubles vestibulaires
  • handicap visuel
  • carence en vitamine B12

La prise de quatre médicaments ou plus à la fois est également associée à un risque accru d’instabilité de la démarche. De tels médicaments d’ordonnance sont également associés à un risque accru d’instabilité de la démarche :

  • diurétiques
  • stupéfiants
  • antidépresseurs
  • psychotropes
  • digoxine
  • anticonvulsivants
  • antiarythmiques

Quand dois-je consulter un médecin pour une démarche instable ?

Consulter immédiatement un médecin si vous éprouvez soudainement une démarche instable accompagnée de l’un ou l’autre des symptômes suivants :

  • une chute avec blessures ou une chute sur la tête
  • ne peut pas parler clairement
  • difficulté à respirer
  • vertige
  • s’affaissant d’un côté du visage
  • perte du contrôle de la vessie ou des intestins
  • se produit après un traumatisme crânien
  • maux de tête sévères et lancinants
  • confusion soudaine
  • engourdissement soudain d’une ou de plusieurs parties du corps

Prenez rendez-vous pour voir Si vous avez récemment fait une chute ou si votre démarche instable vous donne l’impression que vous risquez de tomber. Il est essentiel de prendre des mesures pour assurer votre sécurité et réduire les risques de blessures futures.

Comment diagnostique-t-on une démarche instable ?

Votre médecin prendra d’abord vos antécédents médicaux et vous demandera quels médicaments vous prenez. Il est également important de signaler si vous avez des antécédents de chutes ou de quasi-chutes, ainsi que tout antécédent de consommation d’alcool ou de drogues à usage récréatif.

Votre médecin évaluera également votre démarche pour voir comment vous marchez. Il ou elle peut vous demander de marcher des pieds à la tête. D’autres considérations sont la posture, la longueur des pas et si vous avez besoin d’aide lorsque vous marchez.

Votre médecin peut classer votre démarche à l’aide d’une échelle connue sous le nom d’Échelle de classification des ambulations fonctionnelles. Cette échelle évalue votre démarche sur une échelle de zéro à cinq, cinq étant une personne qui peut marcher seule et sans l’aide des autres.

Un médecin examinera ensuite si vous présentez des symptômes connexes qui pourraient nécessiter des examens supplémentaires. Celles-ci peuvent comprendre :

  • vérification de la tension artérielle en position couchée, assise et debout
  • des tests sanguins pour le taux d’hémoglobine, la fonction thyroïdienne, les électrolytes, la glycémie et les tests de vitamine B12
  • l’évaluation des fonctions cognitives
  • dépistage de la dépression
  • tests auditifs
  • examens visuels

Les méthodes d’essai et de diagnostic varient parce qu’il peut y avoir de nombreuses causes d’instabilité de la démarche.

Comment traite-t-on une démarche instable ?

Le traitement d’une démarche instable dépend de ses causes. Un médecin peut prescrire des médicaments pour réduire une démarche instable si vous présentez les conditions suivantes :

  • arthrite
  • crise économique
  • hypothyroïdie
  • hypertension orthostatique
  • Maladie de Parkinson
  • troubles du rythme
  • carence en vitamine B12

Certaines affections peuvent nécessiter une intervention chirurgicale pour corriger la cause de l’instabilité de la démarche. Il s’agit notamment d’affections de la colonne vertébrale, comme la sténose lombaire.

D’autres traitements peuvent inclure des prothèses auditives pour les problèmes auditifs, des cannes ou des déambulateurs pour aider à la marche, et la correction de la vision par des lunettes ou une nouvelle prescription de lunettes. Certaines personnes peuvent même bénéficier de services de physiothérapie qui les aident à apprendre à marcher avec un problème de pied, comme l’engourdissement du pied.

Que puis-je faire à la maison pour traiter une démarche instable ?

Parce qu’une démarche instable augmente le risque de chute, il est important d’évaluer votre maison. Voici quelques mesures que vous pouvez prendre :

  • Prenez soin d’enlever tous les objets des allées. Par exemple, les chaussures, les livres, les vêtements et les papiers.
  • Assurez-vous que vos allées sont bien éclairées. Vous pouvez placer des veilleuses dans les prises murales pour vous assurer que votre chemin est visible.
  • Placez des tapis antidérapants sur le plancher de votre baignoire ainsi qu’à l’extérieur de la baignoire. Vous pouvez également placer des bandes adhésives antidérapantes sur le plancher de la baignoire.
  • Portez toujours des chaussures antidérapantes lorsque vous marchez à l’intérieur de votre maison afin de réduire les risques de chute.
  • Gardez une lampe de poche à votre chevet et utilisez-la si vous avez besoin de vous lever la nuit.